Différences entre les formats audio numériques, un post pour s’y retrouver !

La notion d’audio numérique intègre de plus en plus l’univers de la haute fidélité et représente une alternative aux supports classiques de la HIFI tels que les CD ou les vinyles.

L’audio numérique représente des opportunités en terme de qualité sonore !

Bien que surtout reconnue à travers le format MP3 (format léger à forte compression), le paysage de l’audio numérique comprend bien d’autres formats qui s’inscrivent dans une logique de préservation de la qualité sonore sans contrainte ni limite de stockage. Encore faut-il s’y retrouver ! Petit tour d’horizon…

Le FLAC

Le FLAC pour « Free Lossless Audio Codec » est un codec de compression audio numérique développé sous licences « GNU/GPL », comprendre format libre de droit. Il a été conçu par Josh Coalson en 2000 (premières versions sorties en 2001), puis placé en 2003 sous l’aile de l’organisation à but non lucratif Xiph.org, spécialisée dans le développement de logiciels et de formats de compression libres de droits.

Format audio numérique compressé sans perte de qualité

Ce format audio permet de conserver toutes les informations d’une source audio en réduisant de 30 à 70% la taille du fichier ainsi produit. Cette réduction de taille n’est pas comparable aux niveaux de compression du MP3, mais la qualité du fichier audio qui en ressort n’en est que meilleur puisque sans perte par rapport à la source (lossless). Ce codec « open source », apparut en 2001, fait office de référence en audio numérique compressé sans perte de qualité. On note que les fichiers FLAC portent l’extension .flac et ne sont pas lisibles sur les iPod, d’où l’existence de l’ALAC.

L’ALAC

L’ALAC pour « Apple Lossless Audio Codec » est, comme le FLAC, un codec de compression de flux audio sans perte de qualité. L’ALAC est un format propriétaire de la marque Apple développé notamment pour son balladeur numérique iPod.

Apple

L’Apple Lossless permet un taux de compression avoisinant les 50% lors de la conversion d’un CD audio par exemple (taux moindre que le FLAC), sans perte de qualité. L’avantage de ce format est qu’il est facilement « décodable », notamment par des appareils dotés d’une puissance limitée comme les baladeurs numériques, et donc comme l’iPod.

On note que l’Apple Lossless permet l’édition des informations relatives à un fichier audio (titre, artiste, etc.), une opération plus complexe à réaliser pour le FLAC.

Le WavPack

Le WavPack est un format libre de compression audio numérique non destructif (sans perte). Il permet une compression de 30 à 70 % par rapport à la source, et ce en gardant toutes les informations du flux audio convertit.

L’AAC

L’AAC pour « Advanced Audio Coding »

L’AIFF

L’AIFF pour « Audio Interchange File Format », est un format

Le WAV

Le WAV contraction de WAVEform audio format

Le Vorbis

Le MP3

Le fameux MP3 ou « MPEG-1/2 Audio Layer 3″, a ici sa place en dernier.

Le PCM

Le PCM pour « Pulse Code Modulation » (« Modulation d’Impulsion Codée »,  MIC en français), est une représentation audio numérique brute, c’est à dire qui n’a subi aucune compression. C’est le format que l’on retrouve en général sur les Compact Discs. Le PCM est une représentation numérique réalisé à partir d’un signal analogique, et garant d’une très bonne qualité sonore, qualité CD donc.

Logo Compact=

Techniquement, cela se traduit par une profondeur de codage de 16 bits pour une fréquence d’échantillonnage de 44.1kHz. Il faut enfin signaler que les fichiers de type PCM ne sont pas directement lisibles sur un ordinateur, ces derniers le seront après conversion dans un format numérique adapté à l’utilisation informatique, tel que le FLAC, le WAV, l’AIFF etc.

Le DSD

Le DSD pour (Direct Stream Digital) est un format ui s’applique quant à lui au Super Audio CD (SACD)

L’audio numérique. Oui ! Mais…

Liens utiles :

Tags: , , , , , , , ,

Réagir à cet article

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.